Réserve mondiale de la biosphère du lac Saint-Pierre

Saffin Jeff Oies au coucher de soleil 16b13Le mot « biosphère » signifie « sphère de vie », et représente toutes les parties vivantes de la planète Terre. Le mot « réserve » signifie qu’il s’agit d’une zone importante du monde qui a été reconnue pour ses qualités spéciales. L’UNESCO utilise un mot qui peut être traduit et peut être compris dans différents pays. L’utilisation de ce terme ne signifie pas que ces endroits sont soustraits à l’utilisation humaine et au développement - l’activité humaine et la santé des gens et des communautés font partie du programme des réserves de la biosphère. Ensemble, les mots « réserve de la biosphère » soulignent une zone spéciale de la biosphère où les gens font la démonstration de meilleures approches de la conservation et de l’utilisation durable des ressources.

Le lac Saint-Pierre constitue l'un des principaux composants des basses terres du Saint-Laurent. 90% du territoire est demeuré sauvage. Grâce à la richesse de sa zone humide, le territoire sert de halte aux oiseaux migrateurs.

On a d'ailleurs pu y observer 288 espèces d'oiseaux résidents et migrateurs. Comme la région est traversée par l'une des voies navigables intérieures les plus empruntées au monde, la voie maritime du Saint-Laurent, située près d'un parc industriel achalandé, les principaux partenaires économiques ont été de rendre écologiques leurs méthodes avec l'adoption du plan d'action du Saint-Laurent.

Aujourd'hui, la Réserve mondiale de la biosphère du Lac-Saint-Pierre rime avec environnement et économie.

Source d’informations complémentaires : Biosphère du Lac-Saint-Pierre

 Photo : Jeff Saffin - MRC Nicolet-Yamaska

 

 

Printemps

La migration des oies et la plaine inondable

 AF86048 v 4d3daChaque année, le lac Saint-Pierre devient le théâtre d’une florissante explosion de vie. La crue printanière des eaux envahit des dizaines de milliers d’hectares de terres riveraines. Ce vaste territoire, que l’on nomme la plaine d’inondation, représente un écosystème unique où se succèdent frayères à poissons, milieux humides et flore luxuriante aux fins des saisons. Par conséquent, la plaine d’inondation est d’une diversité biologique exceptionnelle. C’est un milieu à protéger et à découvrir avec nos guides biologistes et passionnés de la faune et de la flore.

Cette inondation est l’élément déclencheur pour la venue de milliers d’oies des neiges. Dirigez-vous dans la municipalité de Baie-du-Febvre et vous y retrouverez différentes aires d'observation le long de la Route 132. Vous y trouverez également sur la Route Janelle, une passerelle de bois vous permettant une observation optimale. Nul besoin de chaussures à toute épreuve, simplement des vêtements confortables et chauds, puis un appareil photo et des jumelles.

Pourquoi Baie-du-Febvre ?

Chaque année, de mars à mai, Baie-du-Febvre accueille près de 500 000 oies blanches en migration vers leur lieu de nidification.

Le long périple migratoire (environ 5 000 km.) nécessite une considérable somme d'énergie sous forme de graisse. Les denticules de son bec lui permettent de couper dans le sol les racines de rhizomes des plantes dont il se nourrit. Les résidus des récoltes de maïs, laissés dans les champs l'automne précédent, sont des sources privilégiées d'énergie.

La plaine inondée, à la fonte des neiges, constitue un environnement sécuritaire. L'oie peut se placer à l'abri de ses prédateurs terrestres naturels tels le coyote et le renard roux.

Bref, l'Oie Blanche trouve à Baie-du-Febvre, chaque printemps, des aires de repos et de la nourriture pour plusieurs jours avant de continuer sa longue migration qui l'amènera, au début de juin, dans son aire de nidification. De la qualité de son séjour à Baie-du-Febvre dépend, en bonne partie, le succès de la nidification.

Chasse printanière

La chasse contrôlée est gérée par le groupe SARCEL (Société d’aménagement récréatif et de conservation environnementale du Lac St-Pierre). À remarquer que seule la chasse à l’oie est autorisée au printemps. Il est important de noter que cette chasse est absolument sécuritaire et ne se pratique pas dans les aires d’observation.

Automne

Les couleurs automnales

À l'automne, les oies ne s'arrêtent pas à Baie-du-Febvre. Les aires de repos du printemps sont devenus des champs  de céréales, de maïs-grain surtout. 

La chasse automnale

SARCEL offre aux chasseurs sportifs la possibilité de prélever leur quota de gibier, que ce soit pour le canard, l’Oie Blanche ou la Bernache du Canada. Cependant, la chasse est interdite sur les aires d’observation et ce type de chasse est pratiqué en toute sécurité. Pour ce faire, le groupe SARCEL, un organisme sans but lucratif, offre aux chasseurs de faciliter la pratique de leur sport. Nous vous invitons à consulter le site Web de SARCEL, afin d'y avoir les informations en temps réel.

Hiver

fishing 752584 1920 e451a

L'hiver est la saison de la pêche blanche. Le brochet, la perchaude, le doré comptent parmi les poissons les plus prisés des pêcheurs sportifs en ce temps de l’année.

Le site se veut tout à fait sécuritaire. Dès que la glace est suffisamment solide, les cabanes s’accumulent sur le lac à la faveur du froid, soit habituellement dès le début de janvier. La saison dure en moyenne une cinquantaine de jours, mais peut se prolonger, exceptionnellement, jusqu’au début de mars. Plusieurs pourvoiries offrent la location de tous les accessoires nécessaires à une bonne pêche blanche.

Outre la pêche blanche, il est possible de faire de la motoneige, de la marche, du ski de fond ou encore de la raquette.